Crise sanitaire et campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es (30 mars 2020)

En cette période de crise sanitaire mondiale, le bureau de l’AECSP tient d’abord à réaffirmer son attachement à la défense des services publics et à la protection des travailleurs et des travailleuses. Nous adressons un message de soutien et de remerciements tout particulier à l’ensemble des personnels soignants et à celles et ceux qui continuent à assurer les services indispensables, dans l’alimentation, la livraison, l’évacuation et le traitement des déchets, etc. Nous souhaitons également du courage à toute la communauté de l’éducation et de la recherche, ainsi qu’à l’ensemble de la population, afin de respecter au mieux les mesures de confinement et de distanciation sociale actuellement nécessaires en l’absence d’autres solutions disponibles à court terme.

Malgré cette pandémie, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis 15 ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, le bureau de l’AECSP souhaite affirmer plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne. Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. 

C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines du calendrier de la campagne, de manière à ce que les auditions puissent se tenir jusqu’à la mi-juillet sans remettre en cause l’affectation des recruté·es dans leur université pour la rentrée 2020.

Le bureau de l’AECSP s’oppose fermement au projet de décret du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche prévoyant la « possibilité d’utiliser la visioconférence pour l’étude des dossiers, les auditions et les délibérations ». Certes, la visioconférence peut déjà être utilisée ponctuellement pour régler certaines situations particulières d’un membre du jury ou d’un·e candidat·e, ce qui n’est pas sans susciter de nombreuses réserves. Il est cependant inconcevable selon nous que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisé. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraints d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable fait l’impasse sur l’importance de la procédure de recrutement de nos futurs collègues. Il créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, la seule mesure qui nous semble devoir s’imposer est le report de la période de recrutement de plusieurs semaines. Pour l’heure, le ministère a annoncé un report du calendrier d’environ 15 jours, ce qui porte au 9 avril la date limite de dépôt des candidatures. Soit, d’après certaines prévisions, aux alentours du pic de la crise sanitaire. Cela obligerait les auditions à se tenir d’ici la mi-juin, et les jurys à se réunir avant la fin du mois de mai pour sélectionner les dossiers. Ceci parait très peu probable, compte tenu des déplacements qu’une telle opération implique, même en cas d’arrêt du confinement fin avril, ce qui est déjà une hypothèse optimiste. En dépit des inévitables incertitudes, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet laisserait une marge plus réaliste, sans remettre en cause la temporalité des affectations. Dans l’hypothèse où une telle solution serait retenue, nous nous joignons à la proposition de l’ANCMSP visant à regrouper l’ensemble des auditions autour d’un même lieu durant une même semaine, de manière à faciliter leur organisation et leur déroulement compte tenu de l’inévitable bouleversement du calendrier.

Le bureau de l’AECSP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :