Appel à la mobilisation contre la loi LPPR (10 janvier 2020)

L’Association des Enseignant·es et Chercheur·es en Science Politique (AECSP) se joint au mouvement d’opposition au projet de loi pluriannuel de programmation de la recherche (LPPR), lequel s’inscrit dans la convergence des luttes avec la mobilisation actuelle contre la réforme des retraites.

Nous ne pouvons en effet accorder crédit à des rapports1 proposant des solutions2 aux problèmes dénoncés qui vont en réalité aggraver ces problèmes, qui présentent des recettes d’économies budgétaires éculées3 comme des modalités supposément « modernes » d’organisation des universités. Si la loi est mise en œuvre, elles ne vont qu’accentuer la marchandisation et la dégradation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, et entériner le sacrifice d’un objectif national de formation et d’éducation pour toutes et tous4.

Les auteurs de ces rapports ignorent délibérément la dégradation déjà profonde subie par l’ESR depuis plus de 20 ans. La plupart des établissements universitaires d’enseignement supérieur et de recherche ne fonctionnent que grâce au travail fourni gratuitement, bien au-delà de leurs obligations de services, par nombre de nos collègues, enseignant·es-chercheur·es, personnels administratifs et techniques, ainsi que par l’exploitation des jeunes collègues non titulaires, très souvent employés par d’indécents « contrats » de vacations, et par la solidarité de nos collègues chercheur·es qui sont de plus en plus amenés à prendre en charge des cours.  Ajoutons que compte tenu de la morphologie du corps enseignant et des logiques qui président aux déroulements de carrière, ce sont les personnels féminins, précaires comme statutaires, qui feront le plus souvent les frais de ces réformes.

L’AECSP appelle donc à rejoindre activement la mobilisation, sous toutes formes jugées utiles dont voici quelques pistes :

– indiquer dans nos signatures de message notre mobilisation contre ce projet de réforme.

– informer les étudiant·e·s sur les conséquences de ces réformes dans nos cours ou en mettant en place des espaces de mobilisation.

– rejoindre tout collectif de mobilisation (syndicats, Sauvons l’Université, piquets de grève, etc.) et contribuer aux caisses de grève locales et/ou nationales.

– proposer à nos laboratoires, départements, UFR, universités d’adopter et diffuser des motions contre ces réformes5.

– inviter les revues pour lesquelles nous réalisons des évaluations à se positionner contre les projets (comme l’ont fait Politix, Genèses, Actes de la recherche en sciences sociales, Critique internationale, Sociétés Contemporaines, et bien d’autres).

– publier des analyses ou des tribunes, y compris dans la presse6, en tant qu’universitaires, chercheurs, intellectuels, afin de ne pas laisser la parole sur l’université et l’ESR à celles et ceux qui défendent des logiques marchandes et comptables.

– suspendre collectivement, selon les possibilités des équipes, les recrutements de vacataires, les activités d’administration de la recherche et de l’enseignement (évaluations, rétention de notes).

– examiner avec les collègues administratifs l’organisation d’une grève du zèle de longue durée.

– converger avec tous les mouvements sociaux en cours contre la politique néolibérale de casse des services publics et de dégradation à la fois des conditions de travail et des droits à la retraite.

Le bureau de l’AECSP

1 http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8548, « Trois rapports en vue de l’élaboration du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (novembre 2019) » http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8548 Julien Gossa,  « Rapports des groupes de travail LPPR : synthèse et analyse » http://blog.educpros.fr/julien-gossa/2019/09/25/lppr-rapports-des-groupes-de-travail/

2 “La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, de Christelle Rabier https://academia.hypotheses.org/6107

3 « À la découpe : sur l’adoption de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) de Christelle Rabier: https://academia.hypotheses.org/7164

4 Voir « Des réponses et de la suite dans les idées », François Massol, https://medium.com/@ransu.massol/des-r%C3%A9ponses-et-de-la-suite-dans-les-id%C3%A9es-18309569c9dc, et le dossier sur la LPPR de Sauvons l’Université : http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8590

5 Voir le recensement réalisé par l’ANCSMP https://docs.google.com/document/d/1sJLH5cDxmpfqHTCLJ18OKCvwtZF8mkVatST5foEGjkY/edit

6 « Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion » https://academia.hypotheses.org/5859#Mossard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :